chagrin quand tu nous tiens...

Oui, vous êtes bien en couple... mais tout n'est pas rose au quotidien. Venez partager vos problèmes, vos questions, vos hésitations: votre partenaire est-il fait pour vous? Votre couple bat de l'aile, comment sauver votre histoire d'amour?

chagrin quand tu nous tiens...

Messagede Emma123 » Jeu 20 Mai 2010 19:16

Bonjour,

Je ne suis pas une habituée des forums mais je ne sais plus vers qui me tourner.
J'habite en colocation depuis presque un an avec un garçon. Je ne le connaissais pas d'avant. Nous avons donc appris à nous connaître au fur et à mesure et il se trouve que le courant est plutôt bien passé entre nous, malgré nos personnalités différentes. Quand je l'ai rencontré il avait une copine depuis presque 3 ans et allait bientôt se fiancer avec elle. Seul problème pour lui: cette copine habitait à l'étranger. Un soir, très éméchés, nous avons couché ensemble. Le lendemain, les choses étaient pourtant claires pour nous deux. Nous en resterions là et serions seulement amis: il avait une copine et je m'intéressais à quelqu'un d'autre. Cette nuit ensemble est devenue notre secret et nous a donc rapprochés. Bien qu'habitant ensemble, nous nous envoyions des sms la journée et tchations le soir alors que nos chambre étaient à quelques mètres l'une de l'autre. Tout était alors nouveau pour moi, j'étais dans une ville étrangère et j'ai donc apprécié de pouvoir compter sur lui. Loin de mes amis, il était l'épaule sur laquelle je pouvais me reposer. Cependant, je sentais bien qu'une réelle amitié ne pouvait pas naître entre nous, nous étions attirés l'un par l'autre. Il me répétait souvent que j'étais dangereuse, une tentation à laquelle il avait du mal à résister. A partir de ce moment-là, dès que nous étions éméchés, nous finissions dans le même lit, l'alcool empêchant définitivement toute résistance. A cette période, j'étais attachée à lui, mais pas amoureuse, j'avais l'esprit occupé par quelqu'un d'autre, qui malheureusement ne s'intéressait pas à moi. Se retrouver tous les deux permettaient donc de soigner chacun nos frustrations. On se confiait de plus en plus l'un à l'autre.
Période des vacances de Noël: je pars retrouver ma ville, ma famille, mes amis. Lui part retrouver sa copine. Il passe les fêtes chez elle, dans sa famille. Aucune nouvelles de lui pendant trois semaines. Je suis un peu vexée.
Je le retrouve donc après les fêtes. Il me dit avoir passé d'excellentes vacances et regrette de n'avoir pas pu rester plus longtemps chez elle. Il m'avouera plus tard, qu'en réalité il se sont énormément disputés.
Il se trouve qu'à mon retour, je m'aperçois que le chauffage de ma chambre est en panne, il fait à peine 12°C dans ma chambre et je suis déjà malade. Je lui demande la permission de venir dans sa chambre. Il est d'accord. Mais au moment d'appeler sa copine, me fait gentiment savoir que je suis en trop mais que je pourrai revenir après. Me sentant vraiment de trop, je finis par passer la nuit dans ma chambre, une pile de couvertures sur le lit pour essayer de vaincre le froid.
J'étais alors vraiment déçue. Il me laissait tomber, connaissant la fragilité de mes poumons, ne me proposant même pas de revenir dans sa chambre.
J'ai commencé à réfléchir sur la nature de notre relation et à me sentir vraiment mal par rapport à sa copine. Avant j'évitais plutôt d'y penser histoire de ne pas trop déranger ma conscience. Je me rendais compte, que lui de son côté ne faisait aucun effort pour se contrôler. Je savais qu'il adorait sa copine, il l'aimait mais le sentiment de culpabilité, il ne connaissait pas. Je culpabilisais pour nous deux. Mais décidais de prendre les choses en main: puisqu'il ne veut rien entendre, je vais l'éviter. Il ne dit rien, se comporte normalement avec moi mais je sens qu'il se demande pourquoi je l'évite. Je me dis que je fais ça pour lui, pour elle, mais pour aussi pour moi...
Ca fonctionne. Nous nous éloignons, ma conscience retrouve un peu la paix, et moi je me sens mieux, m'estime un peu plus. C'est fini, je ne suis plus la fille qu'il prend quand il en a besoin.
Jusqu'au jour où dans une soirée, je flirte avec un garçon et finis par coucher avec lui. Le préservatif a craqué. Panique. Je prends la pilule donc ça va mais ne le connaissant pas vraiment, j'ai peur d'avoir chopé quelque chose.
Deux jours plus tard, je m'aperçois que je pisse du sang. Complètement paniquée, je me tourne vers mon coloc, seule personne susceptible de m'aider et vers qui j'ai envie de me confier. Il me console, me dit que je dois aller voir un médecin, que ça se trouve, ce n'est rien, ça arrive aussi à des filles qu'il connaît et ça ne veut pas dire que c'est une MST. Un peu rassurée, je vais chez le médecin. Verdict: grosse cystite. Je suis sous antibiotiques. Cela arrive souvent chez les jeunes filles de mon âge. Rien d'inquiétant. Dans quelques jours ça sera fini.
Je me retrouve donc de nouveau très proche de mon colocataire. Il me pose d'ailleurs des questions étranges et je crois apercevoir un soupçon de jalousie dans ses questions: comment était ce garçon? mignon, performant?
Sa réaction me fait plaisir mais je ne m'y attarde pas, après tout les garçons sont comme ça !!^^
D'autres soirées, mais bien que de nouveau proches, je le repousse. Les lendemains, il me remercie.
Il m'annonce ce même mois, qu'il va bientot déménager pour emménager avec sa copine, dans une ville toute proche. Elle change de pays pour lui. La distance n'est plus possible. Il est euphorique. Moi je pense qu'il va énormément me manquer, et que mes coups de blues sans lui vont être durs mais ça, je ne lui dis pas. J'essaie de prendre sur moi.
Mais assister à son départ, hors de question. Ca tombe bien, j'ai justement une grande période de vacances, je dois partir à l'étranger avec une amie et ensuite passer du temps dans ma famille. Période durant laquelle j'en profiterais pour couper définitivement les ponts avec lui.
Quelques jours avant mon départ, alors qu'il est bien alcoolisé, il me demande ce que l'on est l'un pour l'autre. Je ne lui réponds pas. A quoi bon? Il est saoul. Le lendemain, il me repose la même question, sobre cette fois. Je lui dis que je ne sais pas. Surlendemain et veille de mon départ: même question. Alors je lui dis que c'est un très bon ami mais que je ne peux pas en même temps le qualifier d'ami parce qu'on ne couche pas avec ses amis. Il poursuit: et si je n'avais pas de copine, on serait sorti ensemble? J'ai très envie de ne pas répondre. Mais je réponds: pour moi oui.
Même réponse de sa part. Je mets fin à cette conversation inutile.
Malheureusement pour moi, alors que je voulais rompre tout contact avec lui, il continue de me joindre par sms, presque chaque jour. Je me dis qu'il cessera lorsque sa copine sera avec lui. Ce n'est pas le cas. Je commence à supprimer tout ce qui me rappelle à lui: son facebook, msn, skype, numéros, textos... Et puis un soir, ce message: je ne suis plus avec ma copine. Je suis choquée. Qu'a-t-il bien pu se passer? Il est triste. J'essaie de le consoler.
Il m'explique. Eux deux ça n'a pas marché, ça faisait des mois qu'ils ne faisaient que se disputer. Il y a des comportements qu'elle n'accepte plus chez lui. Ils ont rompu tout contact. Je sens qu'il est blessé à vif. Une relation de trois ans, ça ne s'oublie pas comme ça !
Reprise de mes cours et donc reprise de ma vie avec lui. Je ne sais plus comment me comporter. Il est venu me chercher à la gare, m'a offert une peluche, dit que je lui ai manqué. Je sens sa tristesse. Il me parle de sa rupture sans rentrer vraiment dans les détails. Je devine que c'est elle qui l'a quitté. Ce qui le blesse le plus: il me murmure: son indifférence, balayer trois ans comme ça. Il ne lui a jamais parlé de moi. Je ne suis donc pas la cause de cette rupture. Il me dit que ça serait arrivé même s'il ne m'avait jamais rencontré. Je suis donc l'amie qui écoute et essaie de le consoler. Problème: il m'invite au resto, me propose des sorties, on finit par se comporter comme un couple. Un mois comme ça. J'ai l'impression d'être un jouet. On se dispute. Je veux mettre les choses au clair. Il m'annonce que j'ai raison, qu'il vaut mieux arrêter, que c'est mieux pour tout le monde. Là ça fait mal: je suis amoureuse. Je ne lui adresse plus la parole. Je reçois alors un sms de lui, me disant qu'il est désolé, qu'il veut qu'on parle, que je lui laisse une chance au moins de s'expliquer. J'accepte mais attends des explications correctes. Il me dit qu'il a l'impression que je veux qu'on cache notre relation, qu'il pense que je suis réticente à être avec lui, pour sa part il veut être avec moi depuis le jour où je suis revenue mais que sa rupture le perturbe toujours car c'est encore tout frais. Très sérieusement, il me demande si je veux officiellement être sa copine. J'accepte et lui avoue que je n'aime pas m'afficher publiquement en couple. Suit une période difficile pour moi: j'ai des soucis au niveau de mes études et de mon orientation, je doute beaucoup. Il est là pour moi. Je suis bien avec lui. Très bien. Heureuse. Son ex lui envoie des messages, ça l'énerve. Il change de numéro. Je vais à l'opéra avec un autre garçon, ça l'irrite. On se dispute de temps en temps mais c'est normal. Il veut me présenter sa mère. Je trouve ça un peu rapide mais suis quand même d'accord.
Moi, je pense de plus en plus à mon départ. Le semestre fini, je rentre chez moi. Ca n'a pas l'air de le déranger puisqu'il me propose de partir dans quelques mois en vacances ensemble.
Je ne pose pas de questions, profite du moment présent, et me dis que je ferai le maximum d'effort l'année prochaine pour le voir car il en vaut le coup. Un jour il m'avoue ses sentiments, me dit que je suis la meilleure chose qui lui soit arrivée cette année. Je me dis que nous deux c'est sérieux. Mais un jour, je ne peux pas m'en empêcher: comment va-t-on s'organiser quand je ne vivrai plus ici? Il se tait. Me demande ce que j'en pense. Moi je veux connaître sa réponse. Elle fait très mal: il ne veut pas continuer notre relation à distance. Je suis dévastée et très en colère. Je ne comprends pas. Des tonnes de questions se bousculent dans ma tête. Il m'avoue qu'il ne veut pas recommencer une relation à distance, celle avec sa copine l'a trop fait souffrir et il a sous-estimé les conséquences de sa rupture. Mais il veut quand même continué notre relation jusqu'à ce que je parte. C'est hors de question pour moi: je romps. Il est sous le choc mais respecte ma décision. Je veux lui parler, essayer de comprendre, je suis perdue. Lui se tait et ne sait plus quoi me répondre, m'explique que tout ce qu'il dira ne servira à rien, qu'il partirait de la colocation s'il le pouvait.
Au jour où j'écris ça, je ne l'ai pas revu depuis plus de 10 jours, il est en vacances. Je pense sans cesse à lui. Je n'ai aucune nouvelles. Il a éteint son portable.
Je comprends qu'il lui faille du temps pour faire le deuil de son ancienne relation. Je regrette seulement qu'il ne me l'ait pas dit plus tôt. Notre colocation est devenue un réel problème.
Je ne vois pas de solution. Dois-je le faire changer d'avis? Me battre pour notre relation? Je ne peux pour le moment pas l'oublier: je vis en permanence avec lui. Dois-je jouer l'indifférente, ne plus lui parler après tout ce que nous avons vécu? Se joue-t-il de moi? S'est-il mis en couple avec moi seulement pour oublier son ex? Une fois rentrée chez moi, dois-je attendre que le temps m'aide à oublier? Dois-je tirer définitivement une croix dessus? Ou tenter une amitié avec lui?
Je ne sais plus très bien où j'en suis, lui non plus je crois.
Je sais que chaque histoire est différente mais si l'un d'entre vous a vécu une histoire similaire ou veut juste me conseiller pour la suite, je suis preneuse. Pleurer ne m'aide en rien.
Merci d'avoir pris le temps de lire mon histoire...
Emma123
 
Messages: 1
Inscription: Jeu 20 Mai 2010 14:49

Publicité

Retourner vers Avant la rupture

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités